18

Veuillez confirmer que vous avez plus de 18 ans ou quitter le site.
Ce site utilise des cookies uniquement pour analyser le trafic.

Les 6 secrets méconnues du grand public pour pratiquer le sexe anal

Si vous pensez que le sexe anal est sale, dégradant, qu’il fait mal, si ça vous répugne et vous révulse parceque c’est “contre-nature”, vous êtes au bon endroit.

Oubliez vos idées reçus, apprenez à procurer du plaisir sans prise de tête, sans avoir peur de faire mal ou d’avoir une mauvaise surprise. En lisant la suite de l’article vous découvrirez entre autre : comment éradiquer les peurs liées à l’acte, les techniques secrètes pour pratiquer sans faire mal et sans faire peur à votre partenaire, et les règles primordiales de précaution pour pouvoir pratiquer en étant totalement détendu.

Pourquoi la sodomie fascine: l’intimité au coeur du rapport charnel

Cet acte est très différent de la pénétration classique. En fait, tout ce qui touche au sexe anal est quasiment tabou, ce sont des pratiques faites en secret, et dont on ne parle pas aussi facilement que les rapports classiques.

Pourtant, cette pratique fascine, et c’est un fantasme autant masculin que féminin, beaucoup de femmes ( 1 sur 2, dans un sondage récent réalisé en France sur un vaste échantillon de personnes ) ont pratiqués le sexe anal. Et beaucoup de femmes en sont friandes, dont de nombreuses parmi nos escorts Paris: si vous cherchez bien, vous trouverez facilement votre bonheur là- bas.

sexe anal est quasiment tabou

Alors, pourquoi c’est tabou ? Simplement parce que la zone en question peut mettre mal à l’aise les gens ( on dira que c’est “sale” ou “pas fait pour ça” par exemple ). Alors effectivement, le canal anal n’est pas prévu pour la sodomie à la base. Et l’acte peut devenir douloureux s’il est mal fait, sans envie et sans prendre de précautions.

Les règles de sécurité essentielle pour la pratique

L’usage du préservatif est obligatoire, parceque la sodomie peut transmettre de nombreuses maladies sexuellement transmissibles. La pénétration ne doit jamais être brutale, car elle peut provoquer des micro coupures ou des saignements. On ne passe pas d’une pénétration anale à une pénétration vaginale, ou alors on change de préservatif, pour ne pas infecter le vagin ( à cause des germes contenus dans le rectum ).

Ensuite, le point sur l’hygiène est très important, puisque cet endroit est considéré comme sale pour de nombreuses personnes, il convient de respecter certaines règles. Ne mangez pas trop avant, videz vous les intestins au maximum, et prenez une douche avant le rapport intime ! Vous pouvez aussi utiliser une poire à lavement. Cela maximisera les conditions pour la pénétration ou simplement le sexe anal.

Certaines femmes peuvent jouer le jeu en décidant de se laisser aller au maximum, et être totalement à l’aise avec leur partenaire ( et tant pis pour les désagréments ).

La lubrification, l’étape numéro 1 pour éliminer quasi toutes les douleurs potentielles et rassurer votre partenaire

Les sécrétions des muqueuses anales sont très souvent insuffisantes pour protéger les parois, donc n’hésitez pas à utiliser beaucoup de lubrifiants ! Pas de gel chauffant ni avec des goûts spéciaux ici, pour éviter tout risque d’irritation. La pénétration anale peut être source de plaisir, mais uniquement lorsque les deux partenaires sont enthousiastes et respectent les règles de prudence ( qu’on verra un peu plus bas ). Si ces choses ne sont pas respectées, il y a des chances que l’acte provoque des douleurs, des blessures, voire des traumatismes ( psychologiques comme physiques ).

Comment débuter le sexe anal tout doucement, donner et recevoir du plaisir avant même la pénétration

Et oui ! Pour débuter en douceur, et découvrir cette zone cachée, et les sensations qui s’y rapportent, les caresses anales sont parfaites. Elles sont un excellent moyen de savoir si vous et votre partenaire vous sentez à l’aise pour aller plus loin. Concernant la douleur, aucune crainte à avoir : les caresses anales ne peuvent pas faire de mal, du moment qu’elles sont faites avec douceur.

Ensuite, l’utilisation de sex-toy ( dans un deuxième temps ) est courante et prépare à la pénétration, les plug, l’analdigitus ( l’utilisation des doigts à l’intérieur de l’anus ) etc...

Comment débuter le sexe anal tout doucement

La fleur de rose est un peu plus intime. On l’appelle aussi l’anulingus. De nombreuses personnes atteignent l’orgasme avec cette pratique, qui n'entraîne aucune douleur. Par contre, elle peut engendrer une réelle gêne pour la personne léchée, parce que cet acte est extrêmement impudique et se passe dans une zone délicate. Il faut un lâcher-prise total pour apprécier cet acte.

Pour chacune de ses pratiques, évidemment, l’hygiène ( passage à la douche ) est essentielle, pour l’un comme pour l’autre : ça évite de se sentir mal à l’aise, et ça évite les déconvenues !

Le hack physiologique dont même les médecins ne sont pas au courant

Pour faciliter la pénétration anale, on peut se servir de la règle physiologique des muscles de l’anus. Ces muscles sont programmés pour se détendre lorsqu’on pousse… C’est donc ce qu’il faut faire. Pousser pour faciliter l’entrée du pénis ou d’un godemichet. Le risque est que le sphincter panique et se contracte par à-coups; mais si on attend, alors il finit par se détendre tout seul.

En fait, pendant la sodomie c’est le pénétré qui à le rôle le plus actif. Parce que c’est elle ou lui qui va pouvoir détendre les muscles anaux sans douleur. Une fois le sphincter, c’est à dire le muscle anal détendu, on peut même se permettre de laisser au partenaire imposer son rythme. Pour les débutantes, s’accroupir sur le pénis du partenaire allongé et immobile peut être bénéfique, car elle peut alors se pénétrer seule à mesure que ses muscles intimes se détendent, et ainsi limiter fortement les risques de douleurs.

Multiplier les stimulations, ou comment amplifier drastiquement le plaisir du sexe anal

Un autre conseil méconnu : Les femmes ont besoin d’autres stimulations pour prendre du plaisir pendant la sodomie. En fait, ce n’est même pas un conseil : c'est une règle. L’anus est surchargé en récepteur érogène, ce qui fait qu’au bout de quelques minutes de va-et-vient, ceux-ci peuvent se désactiver. Donc il faut stimuler ailleurs ( masturbation, baisers, caresses etc… )

Le plaisir s’accompagne d’une libération d’endorphines, une hormone qui sert à éviter la douleur.

Attention : si la pénétration devient désagréable ou douloureuse, il faut arrêter tout de suite !

82